NOTRE PRATIQUE

Une collaboration avec le vivant.

 

La nature est parfaite. Elle nous inspire.
De sa contemplation naît notre savoir-faire.

Dans la nature on observe:

 

1.

une organisation optimisée

 

2.

une biodiversité abondante

 

3.

un sol vivant

 

Voici les bases de notre pratique.

1. Une organisation optimisée

Nous faisons appel aux travaux de la Permaculture de Mollison et Holmgren ainsi qu’à la plateforme Regrarians de Doherty. Nous observons, analysons et collaborons avec le milieu naturel et social pour mettre en place une agriculture écologique.

La ferme est conçue comme un écosystème biomimétique. Nous mimons les processus naturels. Nous déterminons la meilleure place pour chaque élément (plante, accès, structure…) en fonction de leur propriétés intrinsèques (besoins/services) et nous les relions ensemble pour assurer fertilité, résilience et durabilité à l’éco-système que constitue la ferme.

Nous optimisons la pratique culturale en nous inspirant des pratiques des maraîchers français du XIXème siècle popularisées aujourd’hui dans le monde anglo-saxon par le mouvement de l’agriculture biointensive avec notamment Coleman et Crickmore aux USA et Fortier et Stone au Canada.

 

2. Une biodiversité abondante

Légumes feuilles, fruits, racines, bulbes, petits fruits, fruits, fleurs, aromatiques. Nous cultivons une grande diversité de plantes comestibles.

Une multitude d’autres herbes, arbustes, arbres, lianes est également invitée aux jardins. Elle ne vient pas les mains vides, mais avec toute une panoplie de services écosystèmiques.

Elle apporte son ombre bienfaisante, salvatrice pour le paysan, pour la plante, et pour le sol. Elle tempère le climat, régule l’humidité et la température. Limite le besoin en eau. Filtre le vent. Offre gîtes et couverts aux insectes et autres formes de vies. Elle favorise la pollinisation. Apporte au jardin ses couleurs, ses formes et ses parfums.

Toutes ces parties s’assemblent en une dynamique d’équilibre fertile. L’écosystème ainsi formé est sain et abondant. Nous soignons la biodiversité, et c’est elle qui soigne nos jardins.

 

3. Un sol vivant

Nous chérissons notre sol. Un univers invisible aussi peu connu qu’indispensable à la vie sur Terre. Un organisme vivant complexe et fragile. Sa vitalité influe directement sur la qualité des plantes: santé, croissance, valeurs gustatives et nutritionnelles. Un sol vivant est un sol non perturbé, protégé et nourrit.

Les jardin-maraîchers sont constitués de « planches permanentes ». Cela évite de piétiner, tasser et abîmer le sol des zones de culture. Nous le gardons toujours couvert, soit par des plantes cultivées soit par une couverture végétale protectrice et nourrissante. Nous ne le retournons pas à l’aide d’une machinerie lourde. Nous utilisons une grelinette, une sorte de grande fourche, pour l’aérer.

Comment nous cultivons

Notre objectif est d’offrir des plantes vivantes gorgées d’énergie et de saveurs subtiles.
Pour y répondre, nous mettons en place un ensemble de pratiques culturales spécifiques.

 

Petite surface

Nous cultivons une petite surface: 1200m² de planches de cultures permanentes entourées de jardins de biodiversité, réparties sur une parcelle de 7000m². Cela rend possible un travail manuel de précision, une attention optimale, pour une productivité élevée au m². De surcroit cela évite de lourds investissements en machinerie, en équipement et en foncier.

 

Gestion du sol

Nous apportons de la matière organique pour compenser les exports massifs des récoltes: broyat végétal, fumier de cheval, résidu de culture. Nous valorisons des matériaux locaux, et mettons en place sur la ferme des stratégies d’auto-production de matière organique. La couverture végétale permet également de limiter l’enherbement et les besoins en eau.

Nous n’utilisons aucun produit de synthèse mais des préparations naturelles. Pour le sol: extraits fermentés, thés de compost, EM, etc.

Nous sommes dans une démarche de non perturbation du sol. Nous limitons nos interventions au passage de la grelinette pour aérer le sol et du micro-culteur pour la préparation de certains lits de semences.

Nous avons réalisé des analyses de sol préliminaires et prévoyons de les renouveler régulièrement afin de valider que nos pratiques vont bien dans le sens du vivant.

 

Sélection des semences

Nous travaillons avec une large diversité de semenciers de par le monde. Nous faisons le choix de ne travailler qu’avec des semences libres. Cela induit une contrainte de production mais en contrepartie nous pouvons adapter les variétés à notre terroir: les plantes deviennent plus goûtues, sont en meilleurs santé et nécessitent moins d’eau. Cela nous permet également de contribuer à la sauvegarde et d’enrichir un patrimoine génétique commun diversifié.

Nous développons la reproduction de semences à la ferme et à travers un réseau de maraîchers, notamment dans le cadre du Conservatoire du Goût.

 

Production de nos plants

Considérée comme un métier à part entière nous faisons cependant le choix d’assurer la production de nos plants à la ferme. Cela nous permet de garantir et d’optimiser la qualité de notre production en travaillant sur la qualité de l’eau, de la lumière, du terreau et des soins divers. C’est aussi un grand plaisir d’accompagner nos légumes de la graine à la cuisine.

 

Mise en culture

Nous cherchons à optimiser l’occupation de l’espace. Cela dans le but de maximiser la surface couverte du sol. Mais aussi pour atteindre un niveau élevé de productivité au m² afin de compenser le temps passé à soigner le sol et la biodiversité des jardins.

Ainsi nous opérons des successions rapides sur les planches de cultures et commençons beaucoup de nos légumes en plants en pépinières pour les transplanter par la suite. Seuls quelques espèces de légumes sont plantés ou semés directement en place.

Le fait de travailler à la main ou avec de petits outils manuels nous permet une forte densification des espacements de semis ou plantation. Nous pratiquons également les associations de cultures dans le temps et l’espace et le contre plantage.

 

Soin des cultures

En plus de tous les soins apportés par notre pratique, nous utilisons des préparations naturelles: extraits fermentés, décoctions et huiles essentielles. Aucun produit de synthèse n’est utilisé pour traiter les plantes.

La gestion de l’enherbement se fait naturellement par la non remontée des graines induite par le non travail du sol et le paillage. Lorsque nécessaire nous pratiquons l’occultation et utilisons un désherbeur thermique adapté.

Nous cherchons à stimuler la fertilité du sol plutôt qu’à fertiliser. Pour cela nous favorisons l’utilisation de matières organiques fraiches qui seront assimilées par la vie du sol mettant ainsi a disposition les nutriments nécessaires aux plantes.

 

Irrigation

Nous utilisons l’eau souterraine et l’eau de pluie pour irriguer nos cultures. Avant arrosage l’eau est filtrée et dynamisée. Dans un soucis de préservation des ressources et parce que la gestion de l’eau est importante dans le développement des arômes, nous cherchons à minimiser nos besoins en eau. Sélection variétale, paillage, densification, ombrage, et agroforesterie sont autant de solutions mise en place à la ferme.

Nous ne pourrions atteindre notre objectif de qualité sans une planification minutieuse, des équipements de qualité et des outils adaptés.

 

Planification

L’élaboration d’un plan de culture complet en début de saison, la planification des tâches à l’année et une bonne organisation au quotidien sont des éléments indispensables à la bonne réussite des cultures. Un travail de réflexion et de conception en amont, puis d’adaptation nous permet de gagner en efficacité dans nos actions, nos déplacements, notre rangement, etc. Le suivi et le recueil hebdomadaire permet d’approfondir la connaissance de notre système et d’améliorer notre stratégie saison après saison.

 

Équipements

Travailler sur petite surface permet de concentrer les investissements et rend possible la mise en place d’équipement de choix. Nous avons ainsi pu installer une serre horticole en verre, un système de traitement de l’eau et d’irrigation modulaire et des ombrières sur une grande partie de nos planches de cultures, faire le choix de petit véhicule électrique.

 

Outils

Le récent regain d’intérêt pour le travail manuel maraicher à relancer la recherche et développement dans ce domaine. Bien qu’il reste encore beaucoup d’outils a inventer ou adapter, quelques bijoux sont déjà disponibles. Nous utilisons à la ferme: le semoir 6 rangs de Coleman, le semoir Jang, le micro-culteur, des binettes de précisions et une panoplie de l’éternelle grelinette. Nous développons également nos propres outils avec l’aide de Bernard, le papa d’Anne-Noelle: rolofaca manuel, chariot multi-usages, semoir à plaques.

NOTRE PRATIQUE

Une collaboration avec le vivant.

 

La nature est parfaite. Elle nous inspire.
De sa contemplation naît notre savoir-faire.

Dans la nature on observe:

1. une organisation optimisée
2. une biodiversité abondante
3. un sol vivant

Voici les bases de notre pratique.

1. Une organisation optimisée

Nous faisons appel aux travaux de la Permaculture de Mollison et Holmgren ainsi qu’à la plateforme Regrarians de Doherty. Nous observons, analysons et collaborons avec le milieu naturel et social pour mettre en place une agriculture écologique.

La ferme est conçue comme un écosystème biomimétique. Nous mimons les processus naturels. Nous déterminons la meilleure place pour chaque élément (plante, accès, structure…) en fonction de leur propriétés intrinsèques (besoins/services) et nous les relions ensemble pour assurer fertilité, résilience et durabilité à l’éco-système que constitue la ferme.

Nous optimisons la pratique culturale en nous inspirant des pratiques des maraîchers français du XIXème siècle popularisées aujourd’hui dans le monde anglo-saxon par le mouvement de l’agriculture biointensive avec notamment Coleman et Crickmore aux USA et Fortier et Stone au Canada.

 

2. Une biodiversité abondante

Légumes feuilles, fruits, racines, bulbes, petits fruits, fruits, fleurs, aromatiques. Nous cultivons une grande diversité de plantes comestibles.

Une multitude d’autres herbes, arbustes, arbres, lianes est également invitée aux jardins. Elle ne vient pas les mains vides, mais avec toute une panoplie de services écosystèmiques.

Elle apporte son ombre bienfaisante, salvatrice pour le paysan, pour la plante, et pour le sol. Elle tempère le climat, régule l’humidité et la température. Limite le besoin en eau. Filtre le vent. Offre gîtes et couverts aux insectes et autres formes de vies. Elle favorise la pollinisation. Apporte au jardin ses couleurs, ses formes et ses parfums.

Toutes ces parties s’assemblent en une dynamique d’équilibre fertile. L’écosystème ainsi formé est sain et abondant. Nous soignons la biodiversité, et c’est elle qui soigne nos jardins.

 

3. Un sol vivant

Nous chérissons notre sol. Un univers invisible aussi peu connu qu’indispensable à la vie sur Terre. Un organisme vivant complexe et fragile. Sa vitalité influe directement sur la qualité des plantes: santé, croissance, valeurs gustatives et nutritionnelles. Un sol vivant est un sol non perturbé, protégé et nourrit.

Les jardin-maraîchers sont constitués de « planches permanentes ». Cela évite de piétiner, tasser et abîmer le sol des zones de culture. Nous le gardons toujours couvert, soit par des plantes cultivées soit par une couverture végétale protectrice et nourrissante. Nous ne le retournons pas à l’aide d’une machinerie lourde. Nous utilisons une grelinette, une sorte de grande fourche, pour l’aérer.

Comment nous cultivons

Notre objectif est d’offrir des plantes vivantes gorgées d’énergie et de saveurs subtiles.
Pour y répondre, nous mettons en place un ensemble de pratiques culturales spécifiques.

 

Petite surface

Nous cultivons une petite surface: 1200m² de planches de cultures permanentes entourées de jardins de biodiversité, réparties sur une parcelle de 7000m². Cela rend possible un travail manuel de précision, une attention optimale, pour une productivité élevée au m². De surcroit cela évite de lourds investissements en machinerie, en équipement et en foncier.

 

Gestion du sol

Nous apportons de la matière organique pour compenser les exports massifs des récoltes: broyat végétal, fumier de cheval, résidu de culture. Nous valorisons des matériaux locaux, et mettons en place sur la ferme des stratégies d’auto-production de matière organique. La couverture végétale permet également de limiter l’enherbement et les besoins en eau.

Nous n’utilisons aucun produit de synthèse mais des préparations naturelles. Pour le sol: extraits fermentés, thés de compost, EM, etc.

Nous sommes dans une démarche de non perturbation du sol. Nous limitons nos interventions au passage de la grelinette pour aérer le sol et du micro-culteur pour la préparation de certains lits de semences.

Nous avons réalisé des analyses de sol préliminaires et prévoyons de les renouveler régulièrement afin de valider que nos pratiques vont bien dans le sens du vivant.

 

Sélection des semences

Nous travaillons avec une large diversité de semenciers de par le monde. Nous faisons le choix de ne travailler qu’avec des semences libres. Cela induit une contrainte de production mais en contrepartie nous pouvons adapter les variétés à notre terroir: les plantes deviennent plus goûtues, sont en meilleurs santé et nécessitent moins d’eau. Cela nous permet également de contribuer à la sauvegarde et d’enrichir un patrimoine génétique commun diversifié.

Nous développons la reproduction de semences à la ferme et à travers un réseau de maraîchers, notamment dans le cadre du Conservatoire du Goût.

 

Production de nos plants

Considérée comme un métier à part entière nous faisons cependant le choix d’assurer la production de nos plants à la ferme. Cela nous permet de garantir et d’optimiser la qualité de notre production en travaillant sur la qualité de l’eau, de la lumière, du terreau et des soins divers. C’est aussi un grand plaisir d’accompagner nos légumes de la graine à la cuisine.

 

Mise en culture

Nous cherchons à optimiser l’occupation de l’espace. Cela dans le but de maximiser la surface couverte du sol. Mais aussi pour atteindre un niveau élevé de productivité au m² afin de compenser le temps passé à soigner le sol et la biodiversité des jardins.

Ainsi nous opérons des successions rapides sur les planches de cultures et commençons beaucoup de nos légumes en plants en pépinières pour les transplanter par la suite. Seuls quelques espèces de légumes sont plantés ou semés directement en place.

Le fait de travailler à la main ou avec de petits outils manuels nous permet une forte densification des espacements de semis ou plantation. Nous pratiquons également les associations de cultures dans le temps et l’espace et le contre plantage.

 

Soin des cultures

En plus de tous les soins apportés par notre pratique, nous utilisons des préparations naturelles: extraits fermentés, décoctions et huiles essentielles. Aucun produit de synthèse n’est utilisé pour traiter les plantes.

La gestion de l’enherbement se fait naturellement par la non remontée des graines induite par le non travail du sol et le paillage. Lorsque nécessaire nous pratiquons l’occultation et utilisons un désherbeur thermique adapté.

Nous cherchons à stimuler la fertilité du sol plutôt qu’à fertiliser. Pour cela nous favorisons l’utilisation de matières organiques fraiches qui seront assimilées par la vie du sol mettant ainsi a disposition les nutriments nécessaires aux plantes.

 

Irrigation

Nous utilisons l’eau souterraine et l’eau de pluie pour irriguer nos cultures. Avant arrosage l’eau est filtrée et dynamisée. Dans un soucis de préservation des ressources et parce que la gestion de l’eau est importante dans le développement des arômes, nous cherchons à minimiser nos besoins en eau. Sélection variétale, paillage, densification, ombrage, et agroforesterie sont autant de solutions mise en place à la ferme.

Nous ne pourrions atteindre notre objectif de qualité sans une planification minutieuse, des équipements de qualité et des outils adaptés.

 

Planification

L’élaboration d’un plan de culture complet en début de saison, la planification des tâches à l’année et une bonne organisation au quotidien sont des éléments indispensables à la bonne réussite des cultures. Un travail de réflexion et de conception en amont, puis d’adaptation nous permet de gagner en efficacité dans nos actions, nos déplacements, notre rangement, etc. Le suivi et le recueil hebdomadaire permet d’approfondir la connaissance de notre système et d’améliorer notre stratégie saison après saison.

 

Équipements

Travailler sur petite surface permet de concentrer les investissements et rend possible la mise en place d’équipement de choix. Nous avons ainsi pu installer une serre horticole en verre, un système de traitement de l’eau et d’irrigation modulaire et des ombrières sur une grande partie de nos planches de cultures, faire le choix de petit véhicule électrique.

Outils

Le récent regain d’intérêt pour le travail manuel maraicher à relancer la recherche et développement dans ce domaine. Bien qu’il reste encore beaucoup d’outils a inventer ou adapter, quelques bijoux sont déjà disponibles. Nous utilisons à la ferme: le semoir 6 rangs de Coleman, le semoir Jang, le micro-culteur, des binettes de précisions et une panoplie de l’éternelle grelinette. Nous développons également nos propres outils avec l’aide de Bernard, le papa d’Anne-Noelle: rolofaca manuel, chariot multi-usages, semoir à plaques.

NOTRE PRATIQUE

Une collabo-
ration avec
le vivant.

 

La nature est parfaite. Elle nous inspire.
De sa contemplation naît notre savoir-faire.

Dans la nature

on observe:

 

1.
une organisation optimisée

 

2.
une biodiversité abondante

 

3.
un sol vivant

 

Voici les bases

de notre pratique.

1. Une organisation optimisée

Nous faisons appel aux travaux de la Permaculture de Mollison et Holmgren ainsi qu’à la plateforme Regrarians de Doherty. Nous observons, analysons et collaborons avec le milieu naturel et social pour mettre en place une agriculture écologique.

La ferme est conçue comme un écosystème biomimétique. Nous mimons les processus naturels. Nous déterminons la meilleure place pour chaque élément (plante, accès, structure…) en fonction de leur propriétés intrinsèques (besoins/services) et nous les relions ensemble pour assurer fertilité, résilience et durabilité à l’éco-système que constitue la ferme.

Nous optimisons la pratique culturale en nous inspirant des pratiques des maraîchers français du XIXème siècle popularisées aujourd’hui dans le monde anglo-saxon par le mouvement de l’agriculture biointensive avec notamment Coleman et Crickmore aux USA et Fortier et Stone au Canada.

 

2. Une biodiversité abondante

Légumes feuilles, fruits, racines, bulbes, petits fruits, fruits, fleurs, aromatiques. Nous cultivons une grande diversité de plantes comestibles.

Une multitude d’autres herbes, arbustes, arbres, lianes est également invitée aux jardins. Elle ne vient pas les mains vides, mais avec toute une panoplie de services écosystèmiques.

Elle apporte son ombre bienfaisante, salvatrice pour le paysan, pour la plante, et pour le sol. Elle tempère le climat, régule l’humidité et la température. Limite le besoin en eau. Filtre le vent. Offre gîtes et couverts aux insectes et autres formes de vies. Elle favorise la pollinisation. Apporte au jardin ses couleurs, ses formes et ses parfums.

Toutes ces parties s’assemblent en une dynamique d’équilibre fertile. L’écosystème ainsi formé est sain et abondant. Nous soignons la biodiversité, et c’est elle qui soigne nos jardins.

 

3. Un sol vivant

Nous chérissons notre sol. Un univers invisible aussi peu connu qu’indispensable à la vie sur Terre. Un organisme vivant complexe et fragile. Sa vitalité influe directement sur la qualité des plantes: santé, croissance, valeurs gustatives et nutritionnelles. Un sol vivant est un sol non perturbé, protégé et nourrit.

Les jardin-maraîchers sont constitués de « planches permanentes ». Cela évite de piétiner, tasser et abîmer le sol des zones de culture. Nous le gardons toujours couvert, soit par des plantes cultivées soit par une couverture végétale protectrice et nourrissante. Nous ne le retournons pas à l’aide d’une machinerie lourde. Nous utilisons une grelinette, une sorte de grande fourche, pour l’aérer.

Comment nous cultivons

Notre objectif est d’offrir des plantes vivantes gorgées d’énergie et de saveurs subtiles.
Pour y répondre, nous mettons en place un ensemble de pratiques culturales spécifiques.

 

Petite surface

Nous cultivons une petite surface: 1200m² de planches de cultures permanentes entourées de jardins de biodiversité, réparties sur une parcelle de 7000m². Cela rend possible un travail manuel de précision, une attention optimale, pour une productivité élevée au m². De surcroit cela évite de lourds investissements en machinerie, en équipement et en foncier.

 

Gestion du sol

Nous apportons de la matière organique pour compenser les exports massifs des récoltes: broyat végétal, fumier de cheval, résidu de culture. Nous valorisons des matériaux locaux, et mettons en place sur la ferme des stratégies d’auto-production de matière organique. La couverture végétale permet également de limiter l’enherbement et les besoins en eau.

Nous n’utilisons aucun produit de synthèse mais des préparations naturelles. Pour le sol: extraits fermentés, thés de compost, EM, etc.

Nous sommes dans une démarche de non perturbation du sol. Nous limitons nos interventions au passage de la grelinette pour aérer le sol et du micro-culteur pour la préparation de certains lits de semences.

Nous avons réalisé des analyses de sol préliminaires et prévoyons de les renouveler régulièrement afin de valider que nos pratiques vont bien dans le sens du vivant.

 

Sélection des semences

Nous travaillons avec une large diversité de semenciers de par le monde. Nous faisons le choix de ne travailler qu’avec des semences libres. Cela induit une contrainte de production mais en contrepartie nous pouvons adapter les variétés à notre terroir: les plantes deviennent plus goûtues, sont en meilleurs santé et nécessitent moins d’eau. Cela nous permet également de contribuer à la sauvegarde et d’enrichir un patrimoine génétique commun diversifié.

Nous développons la reproduction de semences à la ferme et à travers un réseau de maraîchers, notamment dans le cadre du Conservatoire du Goût.

 

Production de nos plants

Considérée comme un métier à part entière nous faisons cependant le choix d’assurer la production de nos plants à la ferme. Cela nous permet de garantir et d’optimiser la qualité de notre production en travaillant sur la qualité de l’eau, de la lumière, du terreau et des soins divers. C’est aussi un grand plaisir d’accompagner nos légumes de la graine à la cuisine.

 

Mise en culture

Nous cherchons à optimiser l’occupation de l’espace. Cela dans le but de maximiser la surface couverte du sol. Mais aussi pour atteindre un niveau élevé de productivité au m² afin de compenser le temps passé à soigner le sol et la biodiversité des jardins.

Ainsi nous opérons des successions rapides sur les planches de cultures et commençons beaucoup de nos légumes en plants en pépinières pour les transplanter par la suite. Seuls quelques espèces de légumes sont plantés ou semés directement en place.

Le fait de travailler à la main ou avec de petits outils manuels nous permet une forte densification des espacements de semis ou plantation. Nous pratiquons également les associations de cultures dans le temps et l’espace et le contre plantage.

 

Soin des cultures

En plus de tous les soins apportés par notre pratique, nous utilisons des préparations naturelles: extraits fermentés, décoctions et huiles essentielles. Aucun produit de synthèse n’est utilisé pour traiter les plantes.

La gestion de l’enherbement se fait naturellement par la non remontée des graines induite par le non travail du sol et le paillage. Lorsque nécessaire nous pratiquons l’occultation et utilisons un désherbeur thermique adapté.

Nous cherchons à stimuler la fertilité du sol plutôt qu’à fertiliser. Pour cela nous favorisons l’utilisation de matières organiques fraiches qui seront assimilées par la vie du sol mettant ainsi a disposition les nutriments nécessaires aux plantes.

 

Irrigation

Nous utilisons l’eau souterraine et l’eau de pluie pour irriguer nos cultures. Avant arrosage l’eau est filtrée et dynamisée. Dans un soucis de préservation des ressources et parce que la gestion de l’eau est importante dans le développement des arômes, nous cherchons à minimiser nos besoins en eau. Sélection variétale, paillage, densification, ombrage, et agroforesterie sont autant de solutions mise en place à la ferme.

Nous ne pourrions atteindre notre objectif de qualité sans une planification minutieuse, des équipements de qualité et des outils adaptés.

 

Planification

L’élaboration d’un plan de culture complet en début de saison, la planification des tâches à l’année et une bonne organisation au quotidien sont des éléments indispensables à la bonne réussite des cultures. Un travail de réflexion et de conception en amont, puis d’adaptation nous permet de gagner en efficacité dans nos actions, nos déplacements, notre rangement, etc. Le suivi et le recueil hebdomadaire permet d’approfondir la connaissance de notre système et d’améliorer notre stratégie saison après saison.

 

Équipements

Travailler sur petite surface permet de concentrer les investissements et rend possible la mise en place d’équipement de choix. Nous avons ainsi pu installer une serre horticole en verre, un système de traitement de l’eau et d’irrigation modulaire et des ombrières sur une grande partie de nos planches de cultures, faire le choix de petit véhicule électrique.

Outils

Le récent regain d’intérêt pour le travail manuel maraicher à relancer la recherche et développement dans ce domaine. Bien qu’il reste encore beaucoup d’outils a inventer ou adapter, quelques bijoux sont déjà disponibles. Nous utilisons à la ferme: le semoir 6 rangs de Coleman, le semoir Jang, le micro-culteur, des binettes de précisions et une panoplie de l’éternelle grelinette. Nous développons également nos propres outils avec l’aide de Bernard, le papa d’Anne-Noelle: rolofaca manuel, chariot multi-usages, semoir à plaques.

S'abonner à la Newsletter Vivres

 

Restez au courant des activités de Vivres, soyez les premiers à découvrir nos annonces

et recevez gratuitement la revue Nouvelle Vague Paysanne.

 


S'abonner à la Newsletter Vivres

 

Restez au courant des activités de Vivres, soyez les premiers à découvrir nos annonces

et recevez gratuitement la revue Nouvelle Vague Paysanne.